Frédéric Sautereau et Angoulême

Le Crif va "recourir à tous les moyens" pour faire interdire l’expo «Hamas»

http://www.fredericsautereau.com/reportage_1_88_1_0_Hamas.

Le président des associations juives de France remet la pression. "Si ce photographe avait fait de belles photos de pédophilie, on les aurait présentées?"

Richard Prasquier, le président du conseil représentatif des associations juives de France, assure ce mercredi après midi dans une interview à CL  se laisser le droit "de recourir à tous les moyens" pour faire annuler l'exposition "Hamas", qui doit se dérouler à partir de mardi prochain à Angoulême. Pour le patron national du Crif, l'exposition du grand reporter Frédéric Sautereau "est un reportage élogieux sur le Hamas,qui fait donc l'apologie du terrorisme". Richard Pasquier a alerté les instances du parti socialiste en espérant que ce dernier fasse pression sur Philippe Lavaud, le maire PS d'Angoulême, afin qu'il revienne sur sa décision de prêter une salle.  "Si notre pays se met à faire la promotion du Hamas, ce n'est plus la peine de parler de nos valeurs. On marche sur la tête", poursuit Richard Prasquier, en balayant l'argument de la liberté d'expression:  "Si ce photographe avait fait de belles photos de pédophilie, on les aurait présentées?  La liberté d'expression n'inclut pas l'apologie du terrorisme, quelle que soit la qualité des images".

 

Frederic SauterauDe son côté, Frédéric Sautereau, confronté à la vindicte du Crif pour la première fois alors qu'il travaille sur le conflit israelo palestinien depuis dix ans, réfute les arguments avancés par le Conseil et invite ses représentants à venir débattre avec lui mercredi prochain à Angoulême.

Dans CL de ce matin, Marc Knobel avait déjà tenu des propos violents: "Marine Le Pen va danser avec les nazis à Vienne et Angoulême glorifie le Hamas, je ne vois pas la différence. La ville se déshonore en accueillant une exposition propagandiste, je suis très choqué.» Depuis jeudi dernier, Marc Knobel, chercheur au Conseil représentatif des organisations juives de France (Crif), essaie de faire déprogrammer Hamas, un reportage photographique de Frédéric Sautereau. Organisée par l'association Charente Palestine Solidarité dans le cadre de sa quinzaine culturelle, l'exposition réunissant un ensemble de 90 clichés doit être présentée la semaine prochaine à l'Hôtel Saint-Simon.

Gérard Desaphy, l'adjoint à la culture, avait accordé cet espace municipal début janvier. Mais après la tuerie de Toulouse, l'élu avait lui-même pris l'initiative de consulter l'association des juifs d'Angoulême, qui a alerté le Crif. Devant la virulence de la réaction, après un week-end de consultations tous azimuts, l'adjoint a préféré aborder cette question sensible lors de la traditionnelle réunion de la majorité municipale. Lundi soir, les élus ont confirmé - à 13 voix, contre 2 - la mise à disposition de l'Hôtel.

«Un message perfide»

En apprenant la nouvelle hier matin, le Crif a très mal pris la chose, annonçant que son président lui-même, Richard Prasquier, allait prendre l'affaire en main. «Les photos sont belles mais le message perfide. Il ne dit pas tout sur le Hamas, il le légitimise. Un élu responsable ne doit pas montrer des choses qui peuvent inspirer des gens comme Mohammed Mera», insiste la tête pensante du Crif.

«Ce reportage a obtenu le Visa d'or de la presse internationale, gage de son sérieux. Frédéric Sautereau est un photographe reconnu qui a d'ailleurs été l'invité d'honneur de Barrobjectif en septembre, avec la même exposition, répond Gérard Desaphy. La ville n'a pas à censurer un artiste. Nous demandons en revanche qu'un débat soit organisé pendant l'exposition avec des représentants de la communauté juive.»

L'Union juive française pour la paix (UJFP) a accepté de participer à ce débat. En revanche, pour Marc Knobel, il n'en est pas question: «Le Hamas est considéré comme une organisation terroriste par l'Union européenne. Il a commis des attentats d'une cruauté inouïe et prône la destruction d'Israël. Cette expo oublie de le rappeler.»