Le Conseil de l’Europe assimile circoncision et excision

    Le Conseil de l’Europe assimile circoncision et excision

    Dans une résolution, adoptée le 1er octobre 2013, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) présente « la circoncision de jeunes garçons pour des motifs religieux » comme une « violation de l’intégrité physique des enfants » au même titre que « les mutilations génitales féminines » (comme l’excision).

    APCELa résolution, basée sur le rapport de Marlene Rupprecht (une politique allemande membre de l’APCE), précise que:

    « Les tenants de ces pratiques [les] présentent souvent comme un bienfait pour les enfants, en dépit d’éléments présentant manifestement la preuve du contraire. »

    L’Assemblée recommande aux Etats :

    « de sensibiliser davantage leurs populations aux risques potentiels que peuvent présenter certaines des pratiques susmentionnées pour la santé physique et mentale des enfants. »

    Bien sur les Français ont apporté leurs voix à ce rapport raciste.

    Le ministère des affaires étrangères israéliens a protesté et à qualifié la résolution de "souillure morale"

    Les juifs quitteront l’Europe

    L'association des organisations juives européennes (EJA) dénonce la décision du Conseil de l'Europe. "C'est une atteinte honteuse à la tradition juive, qui est acceptée depuis des milliers d'années, et a été opérée des dizaines de milliers de fois sans aucune complication" a déclaré Son PDG, le rabbin Menachem Margolin. "L'argument médical n'est pas justifié" a-t-il conclu.

    Si la circoncision venait à être interdite en Europe, cela signifierait la fin d’une présence religieuse juive en Europe. Que l’on soit juif orthodoxe ou pas, toute atteinte à cette pratique religieuse signifiera que les juifs feront leurs valises et quitteront l’Europe”, avait indiqué en novembre dernier les instances de la communauté juive française.

    Boston : encore la religion de paix de tolérance et d’amour.

    Les terroristes de Boston sont des musulmans, une fois de plus…

    N’en déplaise aux journalistes qui, sans la moindre émotion pour les victimes, ont tout fait pour récupérer le drame de Boston, et tenter d’influencer l’opinion vers la piste des extrémistes blancs, le terrorisme reste la marque de fabrique de l’islam.

    La mort des quatre innocents et des centaines de blessés, dont une dizaine de personnes amputées, est une fois encore à porter au bilan de la religion de paix de tolérance et d’amour.

    Encore une fois, des musulmans viendront dire que les terroristes ne sont pas de vrais musulmans puisque l’islam interdit de tuer. Ils mentiront, citeront des versets abrogés, car le coran donne explicitement l’ordre de tuer l’infidèle, et ordonne au musulman de vouer sa vie au jihad guerrier pour Allah.

    Lire la suite

    La Bourse du Travail de St Denis, la LDH et le MRAP honorent des prisonniers qui ont du sang juif sur les mains

    © Albert Bertold pour www.Dreuz.info

    Mercredi 17 avril, la Bourse du Travail de la Mairie de St Denis, la Ligue des Droits de l’homme et le MRAP vont honorer les criminels suivantes, lors de la journée des prisonniers politiques :

    • Fathya Barghouti va s’exprimer au nom de son mari Majdi Rahima Rimawi, membre de l’organisation terroriste palestinienne FPLP (le FPLP est l’auteur de l’attentat meurtrier de la synagogue de la rue Copernic à Paris en 1980), condamné à la prison à vie pour l’assassinat du Ministre du tourisme israélien Rehavam Ze’evi, et fait citoyen d’honneur par la ville de Bezons.
    • Amir Jabar Sharif Sawalma, membre du FPLP, arrêté en 2003 pour sa participation à plusieurs attentats terroristes qui ont coûté la vie à au moins quatre juifs israéliens, condamné à la prison à vie.
    • Allam Kaabi, un des terroristes les plus important du FPLP, qui a planifié, dirigé et exécuté l’assassinat de Rehavam Ze’vi.
    • Salah Hamouri, membre du FPLP, qui a été arrêté alors qu’ils projetait l’exécution du Grand Rabbin d’Israël Ovadia Yosef, et qui a été libéré lors de l’échange contre Gilad Shalit. Juste après sa libération, il déclarait à Reuters : « le Rabbin Yosef mérite de mourir ».

    Au mois de mars dernier, le préfet du Val-d’Oise, Jean-Luc Nevache, avait vivement condamné la décision de la mairie communiste de Bezons d’élever Majdi Irhima-al-Rimawi au rang de citoyen d’honneur, car « elle ne pouvait ignorer l’implication de l’intéressé dans l’assassinat d’un ministre israélien en 2001 à Jérusalem et sa condamnation à 80 ans de prison » (2). Le préfet ajoutait :

    Dans ce département du Val-d’Oise qui se caractérise par la présence d’un éventail particulièrement large d’habitants de différentes origines et croyances, la mission quotidienne de l’État est de favoriser les relations de confiance et de respect mutuel entre les uns et les autres ; cette exigence ne peut qu’être fortement contrariée par une décision qui contrevient gravement au message de sérénité et de tolérance que les élus de la République ont le devoir de porter.
    Pour ma part, je me demande pourquoi Amjad et Hakim Awad qui ont abattu Elad 4 ans, Yoav 11 ans, et le bébé âgé 3 mois du couple Ehud et Ruth Fogel durant leur sommeil à Itamar en 2011 ne sont pas sur la liste des personnes honorées. Ils font eux-aussi partie du FPLP. Le carnage est peut-être trop récent.

    Au fait monsieur Valls, où en est votre guerre sans répit contre l’antisémitisme ?

    Affaire al dura france 2 avait manipuler ses images

    Esther Schapira est une journaliste de la télévision publique allemande ARD. Elle a réalisé deux documentaires sur l'Affaire al Dura.

     

     

    A la demande de Philippe Karsenty, Esther Schapira a témoigné lors du procès en appel qui l’a opposé à Charles Enderlin le 16 janvier 2013.


    Charles Enderlin,

    Avant que cette affaire ne vous mette sur ma route, je ne vous connaissais pas et j’aurais préféré ne jamais vous connaitre. Après vous avoir rencontré en 2001, j’ai pensé que vous étiez un vieux monsieur mal élevé, légèrement tyrannique. A l’époque, je vous avais contacté parce que nous préparions un documentaire sur Mohamed al Dura. J’ai alors pensé que vous coopéreriez facilement avec notre chaîne, l’ARD, la télévision publique allemande. Bien au contraire, vous m’avez menacé de poursuites si jamais je vous accusais d’avoir menti ou manipulé les images. Cela m’a surpris parce que je n’avais aucune suspicion à l’époque.

    En 10 ans, nous avons tous les deux muri, et j’ai pu m’en apercevoir au Palais de justice de Paris, le 16 janvier dernier. Vous étiez là en tant que plaignant. Je venais témoigner. C’était notre quatrième rencontre et, avec le temps, ça ne s’arrange pas. Plus ça va, plus vous vous entêtez et plus vous devenez désagréable. C’est pour cela que j’ai préféré éviter tout contact avec vous. C’est aussi pour cela que je ne vous ai pas écrit, et que je n’ai pas déposé plainte contre vous après la publication de votre livre mensonger « Un enfant est mort ». Je n’ai pas de temps à perdre et je n’avais pas envie de vous revoir.

    Cependant, je n’ai pas pu vous éviter au procès stupide que vous avez intenté à Philippe Karsenty afin de faire taire toute critique sur vos reportages.

    Lire la suite