Les «lois de la guerre» ont été violées à Gaza

    Un mois après la fin de l'intervention israélienne à Gaza en réponse aux tirs de roquettes depuis le territoire palestinien, l'ONG Human Right Watch accuse les deux belligérants d'avoir ciblé des civils.

    Des zones peuplées visées par des roquettes palestiniennes, des attaques israéliennes contre des médias liés au Hamas. Un mois après les combats, les critiques fusent sur les responsabilités des deux belligérants dans des attaques visant des civils. Pour Human Right Watch (HRW), ces opérations militaires constituent une violation des lois de la guerre.

    jihadDans un rapport publié lundi, HRW accuse les militants armés palestiniens d'avoir délibérément tiré «environ 1500 roquettes» entre le 14 et le 21 novembre en direction des zones habitées en Israël. «Au moins 800 ont touché Israël et 60 des zones peuplées», explique l'ONG, citant des chiffres de l'armée israélienne. Elle ajoute que ces attaques ont tué trois civils, blessé au moins 38 Israéliens, dont plusieurs gravement, et détruit des propriétés civiles. Des roquettes sont même retombées en territoire gazaoui, tuant «apparemment deux Palestiniens».

    Selon Sarah Leah Whitson, directrice pour le Proche-Orient à HRW, les groupes armés palestiniens «ont dit clairement dans leurs communiqués que leur objectif était de toucher des civils». «Il n'y a pas de justifications légales pour tirer des roquettes vers des zones habitées», ajoute-t-elle.

    Le porte-parole du Hamas a rejeté les accusations de l'ONG. «Ce rapport est biaisé car il met sur un pied d'égalité un pays possédant l'arme nucléaire utilisant tous les moyens d'agression contre des civils (…)», a-t-il déclaré. Mais pour Human Right Watch, le Hamas a mis «inutilement» les Palestiniens en danger en tirant «régulièrement des roquettes depuis des zones à forte densité, près de maisons, d'entreprises et d'un hôtel».

    Certains journalistes «illégitimes» selon Israël

    La semaine dernière, un premier rapport de l'organisation de défense des Droits de l'homme blâmait l'armée israélienne pour avoir visé, les 20 et 21 novembre, des journalistes et des médias lors de son opération militaire à Gaza. Deux cameramen de la télévision du Hamas, al-Aqsa, avaient été tués et 10 employés de médias blessés. Le bâtiment abritant les bureaux de l'AFP avait été touché par un tir.

    Lire la suite

    Dieudonné définitivement condamné pour son spectacle avec Faurisson

    La Cour de cassation a rejeté mardi un pourvoi de Dieudonné, rendant ainsi définitive sa condamnation pour des propos tenus lors d'un spectacle où il avait convié sur scène le négationniste Robert Faurisson, selon un arrêt consulté mercredi par l'AFP.
     
    dieudonnéLa Cour de cassation a rejeté mardi un pourvoi de Dieudonné, rendant ainsi définitive sa condamnation pour des propos tenus lors d'un spectacle où il avait convié sur scène le négationniste Robert Faurisson, selon un arrêt consulté mercredi par l'AFP.
     
    En première instance comme en appel, Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné à 10.000 euros d'amende pour injure à caractère raciste. Il avait fait remettre à Robert Faurisson, par quelqu'un déguisé en déporté juif, un "prix de l'infréquentabilité", le 26 décembre 2008 sur la scène du Zénith de Paris, pour son spectacle "J'ai fait le con".
    Dans un communiqué, la Confédération des juifs et amis d'Israël s'est réjouie de la décision de la Cour de cassation.
     

     

     

    Deux condamnations pour propos antisémites ont déjà été prononcées à l'encontre de Dieudonné.

     
    La cour d'appel de Paris avait confirmé le 26 juin 2008 sa condamnation à 7.000 euros d'amende pour avoir assimilé en 2005 la mémoire de la Shoah à de la "pornographie mémorielle". La cour d'appel l'avait condamné le 15 novembre 2007 à 5.000 euros d'amende pour avoir comparé en 2004 les "juifs" à des "négriers".
     
    Il doit à nouveau comparaître vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour injure et provocation à la discrimination raciale.

    Mort aux Juifs!

    Quelle suite le gouvernement de François Hollande a donné à ces cris de "morts aux juifs"?

     Dans la vidéo, les musulmans crient "Souvenez-vous de Khaybar, Juifs !" (bataille après laquelle Mahomet et ses sbires ont assassiné tous les Juifs de la ville de Khaybar), ce qui signifie "Mort aux Juifs !", comme les musulmans et arabisants le savent.

    Le 15 septembre 2012, 200 musulmans extrémistes ont manifesté violemment dans le 8e arrondissement de Paris et sur les Champs-Elysées.

    Ils ont tenté d'attaquer l'ambassade des États-Unis, ont insulté la France, ont hurlé « Allah ouakbar ! » et « Mort aux Juifs ! » en arabe à de nombreuses reprises, et enfin ont prié illégalement sur la plus belle avenue du monde.

     Le président de la république François Hollande et son gouvernement n'ont absolument RIEN fait contre ces appels aux meurtres proférés devant les forces de l'ordre. 

    Pourtant ils est très fort pour faire des beaux discours...

    Lire la suite

    Un office à la mémoire de Pétain

    Arrivé l'été dernier à l'île d'Yeu, en Vendée, le curé détonne par sa pratique « à l'ancienne » de la religion. La célébration d'un office à la mémoire de Pétain a « choqué » plus d'une âme. Cette semaine, des jeunes vont évangéliser les plages.

    Lundi 23 juillet, au lendemain du 70e anniversaire de la rafle du Vél d'hiv. Comme tous les ans, la tombe de Philippe Pétain, enterré à l'Île d'Yeu en 1951, accueille une gerbe de fleurs déposée par l'Association pour défendre la mémoire du Maréchal (ADMP). Une messe pour le repos de son âme se tient également à l'église de Port-Joinville, sur l'île.

    Cette année, c'est Bernard Chevrel de Frileuze, le curé de la paroisse Saint-Amand, qui assure l'office. Au grand dam d'une partie de la population locale, venue manifester sa désapprobation sur le parvis de l'église.

    « Jusqu'à aujourd'hui, cette cérémonie était restée très confidentielle, raconte Luc Pierlot, un résident de l'île. L'office n'avait encore jamais été assuré par le curé de l'île. » Avec lui, une quarantaine de personnes postée, silencieusement, à l'entrée de l'église. Certaines, étoile jaune sur le torse.

    L'abbé Chevrel de Frileuze déplore la polémique, alimentée selon lui par un « petit noyau » de personnes. Et il minimise la portée de son geste. « On ne juge pas les actes du maréchal, précise-t-il. On invoque la sollicitude de Dieu, comme pour n'importe quel défunt. » Mais ce « micro-événement », tel que l'homme d'Église le qualifie, est aussi le révélateur d'une plus large contestation.

    Malmö sans voix devant les sorties antisémites de son maire

    Source : Libération

    Ilmar Reepalu«Je ne sais pas s’il est ignorant ou ce qu’il a appris. Mais je sais que la langue qu’il utilise est antisémite.» Dépêchée il y a quelques semaines par Barack Obama, Hannah Rosenthal, envoyée spéciale des Etats-Unis en charge de la lutte contre l’antisémitisme, ne mâche pas ses mots à l’égard du maire social-démocrate de Malmö (sud-ouest de la Suède). Les proches d’Ilmar Reepalu rétorquent qu’il n’est pas antisémite. Maladroit sans doute. Un peu naïf aussi. Toutefois, comme l’indique le politologue Ulf Bjereld, l’édile est dans l’impasse : «S’il a échappé à l’éviction, il a épuisé ses chances de pouvoir briguer un autre mandat.»

    Lire la suite